appel à communication

 

CONFÉRENCE AFRICAINE

« La valorisation  du patrimoine documentaire : une contribution pour le développement local durable en Afrique francophone. »

Dakar, 17-19  Novembre 2017

Appel à communication

Le patrimoine documentaire peut être défini  comme un ensemble d’informations se rapportant à l’histoire, au vécu d’une communauté donnée,  fixées sur des supports matériels. Il peut s’agir de documents écrits, d’images en mouvement ou fixes, de documents sonores, lesquels pouvant se présenter sous la forme analogique ou numérique.

Cette  mémoire documentée se trouve, pour l’essentiel,  dans les bibliothèques, les dépôts d’archives et autres lieux de conservation où elle est  confiée à la garde  des professionnels de l’information documentaire. Mais elle se trouve également dans des   documents en cours d’utilisation par les producteurs.

Mémoire collectée et mémoire en cours d’élaboration constituent  le patrimoine documentaire d’un peuple, l’ensemble de son savoir et de son savoir- faire. Il fait  partie intégrante du patrimoine culturel de ce peuple et rend compte de son évolution. Il est d’une nécessité absolue de  le  conserver et de le sauvegarder pour être transmis aux générations futures. C’est  là, en effet,   le fondement du développement durable  « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». (De Mme Gro Harlem Brundtland, Premier ministre norvégien (1987)). Il s’agit d’un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.

Aucune région, aucun peuple ne peut affronter l’avenir qui peut paraître sombre, voire menaçant, s’il    ne fonde son action sur une bonne connaissance de son histoire. Or, l’histoire, pour  être crédible,  doit être assise sur des documents authentiques, intègres, fiables et accessibles. C’est là l’enjeu majeur de la bonne conservation  et de  la valorisation de notre patrimoine  documentaire.

Cette tâche est d’autant plus urgente  que l’Afrique francophone se trouve confrontée à de nombreux défis de caractère organisationnel, socio-culturel et environnemental qui mettent en péril  le patrimoine documentaire.

Partout en Afrique francophone, en effet, les archives, bibliothèques et autres ressources documentaires sont en mauvais état. Les documents, témoignages vivants de notre existence sont exposés à des agressions de toutes natures à telle enseigne qu’ils  sont pratiquement, à quelques exceptions près,  inexploitables. Les lieux de conservation, quand ils existent  ne répondent, pas pour la plupart aux normes internationales de la conservation. Le personnel, malgré son engagement et son abnégation, ne bénéficie pas de manière constante,  du soutien de l’Administration et des utilisateurs  au service desquels il se dévoue. Les catastrophes naturelles, si fréquentes dans notre région,   les guerres et violences, les déplacements volontaires ou non de populations hypothèquent de manière durable, l’avenir du patrimoine documentaire. Il s’y ajoute que bien souvent, les politiques culturelles font peu de cas  de la sauvegarde de ce patrimoine. C’est  l’objet de cette présente Conférence africaine organisée par le Centre PAC/IFLA Afrique francophone

De ces débats devraient émerger la nécessité d’intégrer les systèmes de gestion traditionnels de manière plus efficace dans la gestion globale du patrimoine documentaire, quels qu’en soient la forme et le support ; mais également  l’importance d’impliquer les peuples autochtones et les communautés locales dans le processus de collecte,  de sauvegarde  et de valorisation du  patrimoine.

Le Comité scientifique international souhaiterait recevoir des propositions à caractère scientifique portant sur  l’analyse de l’impact des expériences passées, la prise en compte des enjeux présents et l’évaluation des opportunités futures. Les interventions tourneront autour  des thématiques suivantes :

  • Les enjeux et les défis épistémologiques de la valorisation du patrimoine documentaire
  • Les politiques de conservation
  • La prévention de la dégradation des supports
  • La gestion des risques et les plans d’urgence
  • La préservation  des documents numériques
  • La formation pour la conservation (initiale et continue)
  • La valorisation du patrimoine oral, pour le développement durable
  • Les compétences numériques dans les Bibliothèques et Archives africaines
  • Enjeux politiques, stratégiques et économiques de la conservation
  • La diffusion du patrimoine documentaire
  • La législation sur la gestion du patrimoine
  • La sauvegarde du patrimoine et la coopération internationale

Toute autre approche pertinente en rapport avec le thème est  autorisée.

Comment soumettre une proposition de communication ?

Les personnes intéressées sont invitées à soumettre une proposition avant le 30 Juin  2017 pour une communication de 25 minutes. La proposition devra contenir au plus 700 mots, être soumise en format électronique (Word ou PDF) et être accompagnée d’un bref curriculum vitae du ou des auteurs (1 page maximum).

En adéquation avec la politique de l’accès libre de l’IFLA, les textes devront être disponibles sous la licence Creative Commons paternité 3.0. Les auteurs seront invités à signer le formulaire d’auteur de l’IFLA.

Langue officielle

La conférence se déroulera en français. Ceux et celles  qui le souhaitent pourront présenter en anglais, mais devront fournir un support (Power Point) en français à la conférence.

 

Les propositions doivent être envoyées à :

Professeur Saliou Mbaye : mbaye.saliou@gmail.com

Évaluation des propositions

L’évaluation des propositions reçues sera basée sur leur qualité scientifique (pertinence par rapport au thème, appel à une base théorique ou niveau de documentation, clarté et logique de la méthodologie, originalité).

 

Délais

30 Juin 2017 : Date limite de soumission des résumés

1er Juillet  2017 : Annonce des résultats et du programme :

30 Septembre  2017 : Date limite pour soumission des textes

Date de Publication des Actes : 2018